0

John Bodin (Texte) et Léo Blumenfeld (Contrebasse) – « Le Goût du Pschitt orange » – Mise en scène de Nordine Lahlou – Samedi 10 juin 2017 à 20h30 et dimanche 11 juin à 16h00.

Le Goût du Pschitt orange est une histoire de saveurs, celle du gazon tondu des terrains de foot que Norbert foule dès qu’il peut, celle de l’odeur des vestiaires à laquelle il voue une passion sans limites. Le goût du Pschitt orange, c’est aussi les saveurs de la crème pâtissière attachée dans la casserole et c’est l’odeur de la lessive des draps qu’il respire à pleins poumons, collé à son nounours.

En se repenchant sur son passé, Norbert retrouve sa vitalité, celle qui l’a construit tel qu’il est aujourd’hui à 45 ans. Il voulait quitter les jupons de sa mère, il atterrit dans les chaussures de foot de son père. Il s’émancipe comme il peut de la petite madeleine de Proust pour revisiter à l’envi la Gloire de mon père, de Pagnol.

Dès lors, le foot va jalonner chaque jour de son enfance. Le ballon, les copains. Norbert veut jouer, Norbert veut vivre, Norbert traverse ses rêves inavoués. L’équipe de France, le Brésil. Perdu dans son corps gauche, il se révèle le ballon dans les pieds. Il court, il danse, il rêve tout haut, de plus en plus fort. Il vit.

Léo Blumenfeld à la contrebasse restitue les ambiances racontées par John Bodin. Il improvise, il suit le propos, il vient rejoindre le comédien dans son monde. Il apporte une saveur jazzy, il crée le suspens avec ses notes, il fait vibrer les mots par son archet. Il invite au voyage avec sa contrebasse.

Saïda Churchill • 10 janvier 2017


Précédent

Suivant